Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

Antidopage : Des inégalités de controle persistent

Publié le 19 Juillet 2015 par Etienne Goursaud in Athlétisme, Cyclisme

Un record du monde déjà contesté pour Genzebe Dibaba

Un record du monde déjà contesté pour Genzebe Dibaba

Deux sports différents, deux écrasantes dominations. Le mois de juillet est riche en événements, il a surtout vu deux démonstrations, celle de Christopher Froome sur le Tour de France, dans les Pyrénées et celle de Genzebe Dibaba à Monaco, en athlétisme sur le 1500 m. Paradoxalement, ces deux faits d'armes extraordinaires ont été réalisés dans les deux sports les plus contrôlés par la lutte anti-dopage. Deux disciplines ou les suspicions viennent beaucoup plus rapidement qu'ailleurs. Il y a une réelle inégalité de traitement, il n'y a qu'a voir les récents articles sur Dibaba, mettant en évidence les doutes avant la performance en elle même. Est-il normal qu'un athlète ou qu'un cycliste soit jusqu’à cent fois plus contrôlé qu'un rugbyman ou un footballeur?

 

Le tennis : de plus en plus exigeant mais rarement d’interrogations

 

Si Rafaël Nadal a pu être inquiété par les affaires de dopage, c'est uniquement du fait de ses rapports avec le (célèbre) docteur Fuentes, qui a sévi... dans le cyclisme, auprès des plus grands noms espagnols (Valverde, Contador) et étrangers (Ullrich, Basso). Ce n'est pas en lien avec son sport: le tennis. Pourtant, ce sport est devenu de plus en plus exigeant et physique, avec des rallyes fond de court, et des matchs à rallonge. Un sport qui a vu l'étonnante transformation physique de Novak Djokovic, qui jusqu'à l'année 2009 peinait à finir ses matchs, avant, d'un coup, de devenir meilleur que Nadal sur son propre terrain: les matchs physiques avec de l'intensité. Si le serbe met en avant son régime sans glutène pour évoquer sa formidable transformation, il n'y a pas ou peu d'experts pour s’interroger sur ce fulgurant progrès sur le plan physique. Bien sur il n'y a pas de preuves, mais pas moins que pour une Genzebe Dibaba qui n'a jamais eu d'affaire de dopage sur le dos.

 

Le football : La domination espagnole était autant physique que technique

 

L'Espagne a développé un jeu exceptionnel de 2008 à 2012 en sélection et continue à le faire par le biais de ses clubs actuellement. Basé sur une qualité technique remarquable, un jeu de passe d'une fluidité exceptionnelle, toujours une solution pour le porteur de balle, dans un constant mouvement du ballon et des joueurs. Et c'est bien cela le problème! Les joueurs sont en constant mouvement, jamais arrêtés. Cela demande un niveau sur le plan physique, notamment pour les latéraux, proche de l'exigence demandé pour un demi-fondeur de haut niveau. On parle d'ici de personnes capables de courir 15km dans un match, dans un régime comparable à une séance de fractionné (accélération, ralentissement). Ce niveau technique demande un placement millimétré pour recevoir le ballon dans le bon tempo. L'exemple troublant de Jordi Alba qui, à la 90e minute de la finale de l'euro 2012 est encore capable d'une accélération fulgurante pour marquer le 4e but espagnol, est saisissant. Le latéral gauche avait pourtant multiplié les appels le long de son couloir. Son accélération laisse penser qu'il lui restait de bonnes réserves, à l'image de son équipe totalement dominatrice face à des italiens bien plus marqués physiquement par le match. Encore une fois, tout le monde s'extasie sur le jeu espagnol mais personne ne s’interroge sur cette supériorité écrasante. Au passage la défaite de 2014 est aussi due à une baisse de régime sur le plan physique, notamment face aux chiliens sur le second match de la phase de poules.

 

Le rugby : un sport ou les joueurs ont pris 20kg en 20 ans

 

C'est devenu le sport physique par excellence. Corps musclés des dieux du stade. Fini la légende du pilier/talonneur qui avait la bedaine qui dépassait de son maillot. Place à des athlètes aux muscles saillants, capable d’enchaîner les courses, les impacts les chocs sans jamais fléchir. Des premières lignes qui courent aussi vite que les trois-quarts d'autrefois Beaucoup d'anciens grands rugbymans s’interrogent sur le rugby d'aujourd'hui. De plus en plus violent, de plus en plus physique. Incroyable de se replonger en arrière et de voir les physiques d'un Blanco ou d'un Reeves face à un actuel Rokocoko. Récemment un scandale a éclaboussé le rugby, révélant que c'était le sport le moins contrôlé et ayant le plus de cas potentiel de dopage. Pierre Ballester, connu pour traiter de sujets sensibles, à sorti un livre "Rugby à charges", dénonçant des pratiques de dopages. Au passage, la mort à rattrapé quelques joueurs sud-africains, vainqueurs de la coupe du monde 1995. Une surmortalité troublante pour une seule équipe, qui peut révéler des pratiques douteuse par le passé.

 

Le dopage, s'il est interdit ce n'est pas uniquement pour question de tricherie. C'est également à cause de problèmes de santé qu'il entraîne. Cependant l'inégalité de traitement d'un sport à un autre peut poser des questions. Il est dommage que des cyclistes soient traités comme des moins que rien, tandis qu'on élève au rang de dieu des footballeurs, rugbymans.

 

 

Commenter cet article