Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

La messe est dîte?

Publié le 14 Juillet 2015 par Etienne Goursaud in Cyclisme

Froome a sans doute assommé le Tour aujourd'hui

Froome a sans doute assommé le Tour aujourd'hui

Christopher Froome vient de frapper un grand coup sur la Grande Boucle cet après-midi, à l'occasion de la 10e étape du Tour, qui reliait Tarbes à la Pierre Saint Martin. Plus qu'une victoire, c'est une démonstration du britannique, qui a relégué la concurrence au rang de faire-valoir. Nairo Quintana est celui qui a le mieux limité les dégâts, 3e à 1'04. Derrière, c'est la débandade, Valverde est 5e a 2'01, Van Garderen 10e à 2'30, Contador 11e à 2'51 et Nibali 21e à 4'25.

 

Des écarts déjà impressionnants !

 

Froome relègue son premier poursuivant à près de trois minutes. Quant aux français, rentrer dans le top 10 sera désormais un exploit, Gallopin est 7e mais ce n'est pas un pur grimpeur, Barguil est 9e il semble la carte la plus crédible désormais. On ne parle déjà plus de Peraud, Bardet et Pinot, le trio qui avait enchanté la France en 2014. Ils sont respectivement 14e, 22e et 27e. C'est une vraie désillusion, car beaucoup d'espoirs avaient été mis, notamment sur les deux derniers. Pierre Rolland peut regretter sa première semaine ratée, lui qui s'est bien comporté aujourd'hui. Il est tout de même 23e au général. C'est loin ! C'est dommage surtout sans cela un top 5 aurait été possible. Mais le Tour se gagne sur tous les terrains. Il n'y a plus que 70 coureurs qui sont classés sous l'heure, c'est anectodique, mais au bout de 10 étapes et une seule de montagne, c'est énorme.

Les Pyrénées ont à peine commencées que l'on est amené à se demander quels sont les perspectives pour les adversaires de Froome, tant celui-ci, avec son équipe, paraissent impressionnants. Comment le contrer? L'équation semble insoluble.

 

Déjà résignés à jouer le podium !

 

Il y a plus d'écarts entre le premier et le second qu'entre le second et le huitième ! Tel est le constat après l'étape. Impressionnant, à l'instar de ce qu'avait fait Nibali l'an dernier. Mais le problème c'est qu'en 2015 la concurrence était censée être bien plus rude et que l'Italien avait pris près de trois minutes sur tout le monde sur les pavés. Or là, c'est bien en montagne que Froome asphyxie ses adversaires... Dans deux jours se profile une étape relativement similaire à celle-ci, avec l'ascension du plateau de Beille, même si il y aura quelques belles difficultés au début. Contrairement à aujourd'hui. Le scénario du train noir qui lâche la fusée jaune peut de nouveau se répéter.

Pour les adversaires du britannique que faire? C'est comme si ils étaient tous résignés. Nibali a donné l'impression de ne pas vouloir se battre, tandis que Contador semble totalement lessivé. Van Garderen a été courageux, mais semble avoir déjà atteint ses limites quand la route s'élève. Si on exclut le scénario (peu souhaitable) d'une chute, il va falloir être très imaginatif pour espérer renverser la table. Attaquer de loin, prendre des risques dans des profils différents et ce dès demain, par exemple dans la descente du Tourmalet. Il faut mettre à mal le train Sky avant la dernière bosse, sous peine de passer, comme aujourd'hui, à l'essoreuse.

Mais obliger à épuiser des équipiers c'est également s'exposer à se fatiguer plus que de raison. Or voici qu'entre dans la danse les points UCI. Une deuxième place, même à dix minutes du leader reste une deuxième place, une dixième place, même à 3 minutes du leader reste une dixième place. Le bilan comptable sera lui totalement différent, une deuxième place d'un Tour rapporte 150 points et une dixième ne rapporte que 50 points. Or ce sont ces points qui détermine, en partie, si une équipe mérite (ou non) une licence World Tour. Se griller, c'est mettre en danger sa place, pour, souvent ne pas gagner grand-chose. C'est un calcul, certes pas très esthétique sur le plan du spectacle, mais de plus en plus pris en compte par les cyclistes. La question se pose déjà, tout tenter pour renverser le tour? Ou se contenter d'assurer ses positions. La deuxième solution est la plus tentante, sachant la démonstration que Froome a effectué aujourd'hui.

Nul ne sait de quoi demain sera fait, Chris Froome est un être humain, susceptible d'avoir des défaillances. Mais sur ce qu'il a montré cet après-midi, les perspectives de suspens sont désormais très très minces.

Commenter cet article