Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

Tour de France 2013 : Les protagonistes

Publié le 18 Juin 2013 par Etienne Goursaud

Un beau duel s'annonce avec toutefois des trouble fêtes qui peuvent tirer leur épingle du jeu.

Un beau duel s'annonce avec toutefois des trouble fêtes qui peuvent tirer leur épingle du jeu.

Le 100ème tour de France va bientôt s’élancer. Il s’annonce « corsé ». Les puristes pourraient même le qualifier de « type Giro » tant certaines étapes peuvent se révéler casse-pattes et piégeuses pour certains favoris qui seraient dans un jour moins bien.

Cette année le Pyrénées sont effacées, une seule arrivée au sommet à Ax-Trois domaines, une arrivée en descente à Bagnères de Luchon (Voeckler pourra s’y rappeler aux bons souvenirs, lui qui a gagné deux fois dans cette ville en 2010 et 2012) … Et c’est tout, pas sûr que les supporters basques en soit très heureux. En revanche le menu alpestre sera copieux (Arrivée au Sommet du Mont Ventoux, double ascension de l’Alpe-D’huez et arrivée à Annecy-Semmoz sans compter la terrible étape Bourg d’Oisans - Le grand Bornand).

La succession de Bradley Wiggins, Tejay Van Garderen, Peter Sagan et Thomas Voeckler va bientôt être ouverte avec nombre de protagonistes à tous les étages.

L’été sera sans aucun doute radieux.

 

Une duel annoncé : Contador – Froome

On en parle depuis le retour de suspension de l’espagnol. Alberto Contador est considéré comme LE rival numéro 1 de Chris Froome.

Le dauphiné libéré nous a révélé des premières indications sur l’état de forme des deux grands prétendants à la victoire finale. Froome a tout simplement été impressionnant que ce soit dans le chrono (ou il a relégué Contador à plus de 2minutes) ou en montagne (ou il a notamment gagné à Valmorel en répondant aux attaques de l’espagnol). Le britannique est en grande forme et cette victoire confirme son début de saison magistral (Tour d’Oman, Tour de Romandie, Critérium International  plus une deuxième place à Tireno-Adriatico) suivant les traces d’un Bradley Wiggins qui avait tout raflé en 2012 avant de s’adjuge, le tour. Oui mais, durant ce Dauphiné, on a vu un Contador pas au meilleur de ses possibilités (il se dit lui-même a « 75% »). Il est bon de rappeler qu’il n’a jamais gagné ce critérium et, qu’en 2009 il était apparu nettement en retrait de Valverde, avant d’écraser le Tour. L’espagnol se sert donc de la course plus comme une préparation qu’un réel objectif.

Le profil montagneux en plus du contre la montre avec deux cols de 2nd catégorie, devrait permettre à Contador d’attaquer (pourquoi pas dès les étapes corses). En 2011, au-delà de sa défaite, on avait retenu sa capacité à attaquer dans des cols et côtes « secondaires » (il avait d’ailleurs repris du temps sur les autres favoris, Evans excepté).

Du coté des équipes, on connaît, désormais, l’armada Sky, qui avait su si bien cadenasser le tour 2012. Richie Porte semble plus fort qu’en 2012, Kiryienka est arrivé. Au dauphiné on a pu constater que la machine était bien huilée (Porte finissant par ailleurs deuxième au général, tout comme sur le Critérium International). Un grain de sel peut enrayer la machine, ils ont perdu Rogers (qui avait été déterminant l’année dernière). Son absence peut être préjudiciable pour le contre la montre par équipe. Par ailleurs la Saxo-Bank semble au moins aussi forte. En effet à l’intersaison ils ont récupéré Rogers (de la Sky justement), Nicolas Roche (12ème du dernier tour de France) et Roman Kreuziger (qui a gagné l’Amstel Gold Race et qui viens de finir 3ème du tour de Suisse). Ces recrues ajoutées à l'effectif déjà présent (malgré la petite surprise de la non retenue de Chris Anker Sorensen), fait que l’équipe aura des solides arguments à faire valoir en montagne. Cependant, lors du contre la montre par équipe, ils risquent d’être un peu en retrait par rapport au Sky. Le fait est que, le team Sky et le team Saxo-Bank semblent les deux équipes les plus fortes de ce peloton.

 

 

Oui mais

Résumer le tour à un duel serait une erreur. D’autres prétendants peuvent venir jouer les troubles fêtes.

Auteur d’un début de saison plutôt timide, Joachim Rodriguez est cependant un coureur à ne pas négliger. Déjà, lors de la Vuelta 2012, on nous promettait un duel Contador-Froome. Le catalan avait su tirer les marrons du feu et s’il ne s’était pas écroulé lors d’une étape de moyenne montagne, il aurait certainement gagné cette Vuelta. Il a notamment bien résisté, dans un chrono qui ressemble un peu au second du tour 2013, à Alberto Contador et Chris Froome prouvant que quand il le veut, il n’est pas tant à la rue que cela sur cet exercice. Il peut profiter d’un éventuel marquage pour jouer sa carte. Rappelons qu’en 2010, Menchov avait failli renverser le tour lors de l’ultime contre la montre, après avoir limité la casse en montagne, profitant du marquage Schleck-Contador (notamment à Ax-3 domaines)

D’autres noms peuvent être évoqués dans une moindre mesure, Valverde, Tejay Van Garderen, Pinot, Fulgsang, Hesjedal, Van den Broeck.

Concernant le cas de Cadel Evans, il sort d’un giro très éprouvant, (conditions climatiques épouvantables avec le froid et la neige). Malgré sa troisième place, il a fini sur la réserve complètement épuisé (longtemps deuxième a moins de 30sec de Nibali, il s’est écroulé sur les deux dernières étapes de montagne pour finir 3ème à près de 4minutes). On peut douter de la capacité de récupération de l’Australien, lui-même confiait qu’il avait perdu de ce côté-là, lui qui a désormais 36ans. De plus l’enchainement giro-tour est souvent très difficile. Il avait été fatal à Contador en 2011 (le dernier vainqueur du giro et  du tour la même année était Marco Pantani en 1998). Cependant, en 2011, il avait surpris son monde. Annoncé comme un simple outsider, il s'était montré très costaud tout au long de ces trois semaine pour, au final, enfin remporter cette épreuve qui se refusait, jusque la, à lui.

Quid de Andy Schleck : Totalement hors du coup depuis sa deuxième place lors du tour 2011, saison blanche en 2012, incapable de bien figurer dans une course depuis, le luxembourgeois suscite bien des interrogations. Plus personne n’ose le citer parmi les favoris. Cependant il nous a montré du mieux lors du tour de suisse (15ème de la dernière étape de montagne en étant à la bagarre). S’il réussit à limiter la casse à Ax-3 domaine ainsi que lors du contre la montre de St-Michel, il aura son mot à dire étant donné que la majeure partie du tour se jouera en 3ème semaine. Mais il reste une inconnue. On peut penser qu'il viendra d'abord pour viser les victoires d'étape d'envergure avant de penser au classement général. Toutefois ca situation rappelle un peu cette de Jan Ullich en 2003. Supendu l'année précédante, venu sur le tour avec une équipe faible et sans certitude sur son propre potentiel, l'allemand avait réalisé un grand tour de France en menaçant Armstrong jusqu'au dernier contre la montre. Cette année la l'écart entre l'américain et son second fut le plus serré de ses années de domination.

 

Top 10 potentiel

Place                Nom coureur
    Chris Froome
2     Joachim Rodriguez
3     Alberto Contador
4                                                                               Jurgen Van den Broeck
5     Tejay Van Garderen
6     Thibaut Pinot
7     Alejandro Valverde
8     Ryder Hesjadal
9     Richie Porte
10     Pierre Rolland

 

Van Garderen en blanc en 2012. Thibaut Pinot lui prendrai bien sa tunique en 2013

Van Garderen en blanc en 2012. Thibaut Pinot lui prendrai bien sa tunique en 2013

Une bagarre annoncée pour le maillot blanc

En 2012, Tejay Van Garderen, et ce, en ayant épaulé Cadel Evans, avait gagné ce classement devant Thibaut Pinot (qui a perdu beaucoup de temps en contre la montre). En 2013, on risque de retrouver les deux mêmes protagonistes.

Lors du récent tour de Suisse, Pinot (4ème) avait devancé Van Garderen (6ème) et avait aussi mieux couru lors de l’étape contre la montre, un contre la montre qui mêlât plat et cote, à l’image, là aussi, de celui qui attend les coureurs entre Embrun et Chorges. Le parcours en général semble bien plus favorable à Pinot qu’en 2012, ou il y avait eu 2 grands contre la montre tout plats (il y avait déboursé en tout une dizaine de minutes sur Wiggins) et surtout bien plus de montagne, ou il semble manifestement supérieur à TVG. Un beau duel s’annonce, d’autant plus que l’américain semble avoir carte blanche pour être au minimum co-leader à la BMC et que le français sait desormais ce qu’il vaut en montagne et dans des courses à étapes, prouvant qu’il peut rivaliser, au moins, avec les meilleurs, même si il ne bénéficiera plus de l’effet de surprise. Le chrono de st-michel sera capital. Si pinot y perd 3minutes ou plus sur TVG, l’obtention du maillot blanc sera plus que délicate. Cela promet, en marge du classement général, une très belle bagarre.

En marge de ce duel, Andrew Talansky (2ème de Paris-Nice et qui a bien terminé le dauphiné) le jeune américain talentueux de Garmin peut venir jouer les trouble fêtes, il a aussi fini 7ème de la Vuelta 2012. Après un début de dauphiné compliqué, malade, il a bien terminé et semble avoir récupéré. IL sera un prétendant à un top 10 sur le tour… sauf si Ryder Hesjedal se retrouve bien placé et qu’il doit travailler pour lui. C’est pour cela qu’il semble un peu en retrait par rapport aux deux autres.

Rappelons que le dernier à avoir gagné le maillot jaune et le maillot blanc se nommme... Alberto Contador, en 2007.

 

Le pur sprinteur ou le régulier pour ce classement en 2013

Le pur sprinteur ou le régulier pour ce classement en 2013

Qui pour le maillot vert

Quand on parle sprint, un nom sort instantanément de la bouche de tous les suiveurs : Mark Cavendish.

Cependant l’anglais, en 6 participations au tour, n’a rapporté qu’une seule fois le graal à Paris : c’était en 2011. Et ce, malgré ses 23victoires d’étapes sur le tour.

Le classement a point récompense surtout la régularité. Et on ne peut pas dire que l’anglais soit le meilleur dans le domaine (souvent à terre il est éjecté des sprints). Un bel exemple de régularité dans le domaine serait bien Hushovd, maillot vert en 2005 sans gagner d’étape, il forgeât son maillot en 2009 en allant chercher 18points dans une étape de montagne, lors des sprints intermédiaires.

L’année dernière, Peter Sagan, fort de ses trois victoires d’étapes, a brillement remporté le maillot vert avec plus de 100points d’avance sur Goss ! Le slovaque a profité de 2013 pour ajouter de belles victoires à son palmarès (même si il reste assez malchanceux sur les classiques de primptemps). Au vu du parcours proposé avec nombres d’étapes ou les purs sprinteurs auront du mal à passer les bosses avec le peloton (on pense tout de suite aux deux étapes accidentés en corse ainsi que celle à Marseille) Sagan partira favori pour conserver son maillot vert (une première depuis les années de domination d’Erik Zabel) et ceux, même si ce n’est pas un pur sprinter à proprement parler (on peut pas dire que ce soit le meilleur au monde sur un sprint plat mais en terme de régularité c’est certainement le meilleur au monde). Mark cavendish va sans doute gagner 4 ou 5 étapes comme chaque année, mais les fameuses étapes, ou il sera éjecté des sprints, risque de lui couter trop cher pour le classement. L'exemple du giro qui vient de se terminer tendrait à prouver le contraire, en effet, le britannique y a conquis le classement par points en gagnant 5 étapes et ce, malgré nombre d'étapes ou, à cause de difficulté placé en fin de parcours, il n'a pu disputer le sprint. Oui mais en Italie le principal concurrent du Cav' se nommait Viviani, malgré son jeune âge, il ne possède ni la classe et ni le talent de Sagan. Les autres concurrents sont Greipel (qui sait battre Cavendish sur un sprint massif) Goss ou encore Rojas, mais on voit mal les autres faire entrave au duel annoncé.

 

La bataille à la succession de Voeckler semble plus ouverte que jamais

La bataille à la succession de Voeckler semble plus ouverte que jamais

Le maillot à pois : l’éternelle incertitude

Depuis Michael Rasmussen (vainqueur en 2005 et 2006), on ne trouve aucun coureur vraiment capable de pouvoir dominer ce classement de la montagne, de plus, Charteau en 2010 a remporté ce maillot sans être réellement un grimpeur. Mis à part Sanchez en 2011, aucun vainqueur ne figurait dans le top 10 au classement général final depuis Christophe Rinero en 1998. Les derniers vainqueurs (à l’image de Charteau ou encore Voeckler l’année dernière) ont conquis leur maillot grâce à des scénarios favorables ,une ou deux échappées au long cours avec des points glanés qui ont placé le maillot comme un objectif sans que ce soit forcément le cas au départ, donc ce qui n’était pas un objectif au départ le devient souvent au fil de la course (contrairement à un maillot vert).

Autant dire que cette année, la course au pois s’annonce très ouverte avec multitude de prétendants. Thomas Voeckler semble bien armé pour essayer de « conserver » son maillot (ce qui serait une première depuis 2006). Après sa fracture de la clavicule contractée en avril lors de l'Amstel Gold Race, il a signé un brillant retour au mois de Juin avec une victoire d'étape lors du Dauphiné ainsi qu'une victoire d'étape et le classement général de la route du Sud. Cependant, quid de son rôle au sein de l’équipe Europcar. Sera-t-il capitaine de route de Pierre Rolland, ou est-il capable de viser une place au général (rappelons qu’il a fini 4ème en 2011). On peut légitimement se poser des questions sur sa volonté à aller chercher de nouveau ce classement (même si, cela lui a permis de, enfin, monter sur le podium à Paris après un maillot blanc raté de peu en 2004 et une 4ème place au général en 2011).

Un autre nom est évoqué pour ce classement, c’est celui de Naïro Quintana, le petit grimpeur colombien de poche de l’équipe Movistar. Il réalise un début de saison probant (avec notamment une bonne place sur Paris-Nice). Il a fait de ce classement un objectif, il a des talents indéniables de grimpeur et si il n’est pas bien placé au général, pourra se glisser dans des échappées. Cependant il risque de devoir travailler pour Valverde, si ce dernier se retrouve dans une bonne position au général, ce qui n’est pas exclu.

Enfin, vu le profil de ce tour de France avec ses 4 arrivées au sommet, il n’est pas exclu que ce maillot revienne à un cador si jamais, dans certaines étapes, la course venait à se décanter avant le dernier col.

 

 

Coté Francais

On peut espérer une place dans le top 5 avec Thibaut Pinot plus un top 10 avec Pierre Rolland (avec pourquoi pa une victoire d'étape comme l'année dernière). Du coté des maillots distinctifs, Pinot est en course pour le maillot blanc et Voeckler pour le maillot a pois. Aucun français ne semble capable de rivaliser lors des sprints massif (le dernier à en avoir gagné un c'est Jimmy Casper en 2006)

Cependant il est encore un peu tôt pour espérer une victoire française sur le tour. Comme évoqué dans un précedent article, les français ont de l'avenir sur le tour mais il ne faut pas leur mettre trop de pression en en attendant trop tout de suite

Pour plus de détail veuillez lire ceci

http://chronique-en-herbe.overblog.com/un-fran%C3%A7ais-peut-il-gagner-le-tour-de-france

 

 

Commenter cet article