Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

Football : Salaires importants, le problème moral en question

Publié le 29 Novembre 2012 par Etienne G in Football, Salaires

Capricieux ou vrais hommes d'affaires. On peut se demander ou est le football dans tout cela.

Capricieux ou vrais hommes d'affaires. On peut se demander ou est le football dans tout cela.

Descriptions des salaires :

En 20 ans, les salaires des footballeurs ont connu une très forte augmentation. En effet les plus gros salaires, au début des années 1990, avoisinaient les 100000€/ mois maximum, par ailleurs, Raymond Kopa, joueur emblématique du Real Madrid et de l’équipe de France à la fin des années 1950 déclarait, à propos de sa situation de footballeur, qu’il était un privilégié, malgré son salaire très nettement inférieur à ceux que peuvent gagner les joueurs les mieux payés actuellement. Désormais un joueur comme Lionel Messi gagne environ 30millions d’euros annuels c’est-à-dire qu’il gagne approximativement 1€ par seconde et donc en une heure il a gagné l’équivalent d’une journée de travail d’un smicard. Pour donner une comparaison un peu plus générale on peut dire que :

Il gagne, en une année de salaire, l’équivalent  de 2500  d’une personne travaillant et étant payé au SMIC, mais c’est aussi 500 années de salaire d’un chirurgien (alors que leurs années d’études sont très longues, très compliqués avec, surtout, un enjeu associé à leur travail qui est primordial car ils n’ont le droit à aucune erreur dans leur profession car c’est la vie de gens qui sont en jeu), enfin, ce sont  douze années de salaires d’un PDG appartenant à un très grand groupe (qui sont eux-mêmes dans le viseur sur leurs rémunérations). Un joueur comme David Beckham, sans avoir un immense palmarès (une ligue des champions comme trophée européen) est certainement aujourd’hui le joueur ayant le patrimoine le plus important et demeure, malgré le fait qu’il ne joue plus dans un grand club depuis un certain temps, le joueur de foot le mieux payé. On peut même dire qu’il est devenu autant hommes d’affaires que footballeur. On constate aussi que certains joueurs ayant à peine 18 ans gagnent désormais 200000 euros par mois et sont déjà mieux payés que des gens qui ont 15 ans de carrière derrière eux. Cela entraine une perte de la notion de réalité chez ses jeunes joueurs ainsi qu’une perte du respect des anciens (pourquoi les jeunes respecteraient quelqu’un qui gagne parfois moins d’argent que lui et qui a une reconnaissance médiatique moindre).

 

Pourquoi cette envolée?

Que ce soit en France mais aussi partout en Europe (et ceci la aussi malgré la crise) on constate que la hausse des droits télés est constante et a connu une vraie envolée en 30 ans. En effet, en France Canal + payait « à peine » 400 000 euros de droits télé en 1986 pour la L1 désormais, la chaine paye environ 400 millions).

Il y a eu une explosion des sites de paris sportifs depuis leur libéralisation en 2010 désormais, tout match est sujet à des mises en jeux et des paris de tout genre (on peut parier sur le buteur et sur la minute du but). On voit aussi que le football est devenu quasiment exclusivement payant et il y a de moins en moins de match sur les chaines gratuites (désormais la ligue des champions n’est plus accessible via des chaine gratuite, TF1 ayant perdu les droits depuis cette saison). Les produits dérivés associés au football (maillots, ballons).

Malgré tout il y a une hausse de la « consommation » du football.

Aussi et depuis une dizaine d’années, il y a eu une grande spéculation sur les salaires et les prix de transferts des joueurs depuis l’arrivée d’investisseurs richissimes (cf : les qataris de City, PSG et Malaga ou les Russes à Chelsea et Monaco). Cela a conduit à une flambée des salaires mais aussi des transferts. En effet, au début des années 1990, le transfert le plus important était Alan Shearer avec 17millions d’euros, lors de son arrivée à Newcastle. Désormais et ces propos peuvent apparaître comme choquants mais c’est les faits, avec cette somme on ne peut s’acheter un joueur de haut niveau, de plus et avec 90 millions d’euros, Cristiano Ronaldo est le joueur qui a couté le plus cher dans l’histoire, avec son transfert au Real Madrid.

Si on décrypte l’envolée des salaires on peut aussi dire qu’Emmanuel Petit était payé, au  milieu des années 1990, 80000€ par mois dans son club d’Arsenal, maintenant un joueur comme Zlatan Ibrahimovic est payé 1M2/mois à Paris.

Cette envolée s’explique aussi du fait que, malgré certains couacs, le football reste le sport numéro 1 dans beaucoup de pays.

 

 

L’aléa moral posé

Une équipe de foot c’est 11 joueurs sur le terrain mais c’est aussi 11 salaires différents (sans compter les remplaçants). Cette différence c’est comme considérer qu’il y a des joueurs plus importants que d’autres sur le terrain ? Des problèmes d’inégalités qui vont aussi poser le problème sur la cohésion au sein d’une équipe. En effet, comment se dépasser sur le terrain si le joueur qui est à vos côtés gagne 20 fois votre salaire. Cela a pour conséquence que le joueur va vouloir attirer la lumière à lui pour pouvoir gagner plus (hausse de l’individualisme sur le terrain et en dehors, un phénomène constaté depuis une dizaine d’années et tristement mis en lumière par l’équipe de France en 2010 lors de la coupe du monde) et ceci au détriment de l’intérêt collectif pourtant base d’un sport comme le football.

On observe depuis quelques années une course à la surenchère du gain avec des moyens employés qui peuvent flirter avec la limite morale.

Les exemples de Cristiano Ronaldo ou de Wayne Rooney en sont la parfaite illustration. En effet, au début de cette saison, le joueur Portugais a clairement menacé de quitter le Real Madrid si son salaire, de 10millions d’euros annuels, n’était pas revalorisé pour l’instant le Real n’ayant pas (encore) répondu favorablement à sa requête, de même, avant lui, Wayne Rooney « a obtenu gain de cause » vis à vis de son club, Manchester United en obtenant une forte augmentation de salaire, après avoir menacé lui aussi de quitter son club, engageant un grand bras de fer médiatisé avec son club. Ces caprices posent un réel problème, notamment en Espagne qui connait actuellement un taux de chômage dépassant les 20% et avec une pauvreté qui augmente depuis la crise ainsi qu’en Angleterre, un pays ou le SMIC n’excède pas les 600€ par mois. Est-il moralement acceptable qu’un joueur demande une valorisation d’un salaire déjà conséquent ? La question reste ouverte et le débat toujours d’actualité.

 

Les joueurs sont-ils les seuls responsables ?

L’argent dans le football est le résultat d’un grand système très complexe avec de multiples responsables, où les joueurs sont plus les pions que les organisateurs.

Tout d’abord évoquons le rôle des médias. Hypermédiatisation des évènements, tendance à monter en flèche les jeunes joueurs prometteurs, contribuant à leur faire faire perdre le peu de notion de réalité qu’ils peuvent encore avoir. En effet à force d’entendre dans les journaux que l’on est l’un des meilleurs espoirs de ce sport… On finit par perdre la raison, cela contribue aussi à la flambée des salaires, les joueurs n’hésitant pas à demander directement une revalorisation de leur contrat avec des clubs qui acceptent de peur de voir partir leur pépite.

On constate aussi que les chaines sont de plus en plus chères avec moins en moins de football gratuit qui est proposé. On voit aussi qu’il y a de plus en plus d’émissions consacrées au foot (Telefoot, Canal Football Club, Les spécialistes) dans des chaines de plus en plus variés (M6 depuis une petite dizaine d’années proposant aussi du football)

Parlons des dirigeants et actionnaires maintenant. Ce sont eux qui sont directement impliqués dans la flambée (et spéculation) sur les joueurs ainsi que sur les salaires. Avec l’arrivée d’investisseurs possédant beaucoup d’argent et qui sont capable de surenchérir à l’infini et de gonfler la côte initiale des joueurs (Le cas Drogba, que Marseille ne voulais, initialement, pas vendre, et qui est parti à Chelsea moyennant une somme de 33 millions d’euros). Ce n’est le seul aspect pervers. On peut évoquer le fait que les joueurs parfois traité comme du bétail (prêt dans un club parfois sans le consentement du joueur, transfert qui peuvent se faire sans que le joueur soit forcement, à la base, d’accord).

Pour finir, on peut dire que les joueurs professionnels sont, pour la large majorité, issu de centre de formation, ils pensent football, vivent football, mangent football depuis leur plus jeune âge. Ce sont des enfants qui n’ont pas eu le temps de prendre connaissance des réalités de la vie, et la propulsion dans le monde pro, avec sa médiatisation, contribuent au dérèglement des joueurs. Et pour ceux qui ne réussissent pas à devenir pro, les perspectives d’avenir ne sont guère brillantes. Emmanuel Petit racontait, dans son livre, que dans sa promotion, 1 personne s’est suicidée et une autre a fini en prison. Triste fin pour des anciens enfants à qui on promettait gloire et argent.

 

 

Que retenir de ce phénomène

La flambée des salaires  peut poser problème dans un contexte de crise, ou la pauvreté dans le monde, est galopante.

Cependant il ne faut pas stigmatiser que les footballeurs. En effet, il n’y a pas que des footballeurs parmi les sportifs les mieux payés.

Voici le classement des sportifs les mieux payés en 2011 (2012 non dévoilé)

Floyd Mayweather (boxe anglaise), Manny Pacquiao (Boxe anglaise), Tiger Woods (Golf)

LeBron James (Basket), Roger Federer (Tennis), Kobe Bryant (Basket), Phil Mickelson (golf)

David Beckham (foot), Cristiano Ronaldo (foot), Peyton Manning (Foot US)

Aussi, parmi les footballeurs professionnels, certains touchent des salaires relativement modestes (8000 euros pour un joueur lambda de Ligue 2 pour des carrières qui durent en moyenne 6 à 7 ans) des salaires qui demeurent très loin des meilleurs salaires sur la planète.

Commenter cet article

Raymond Kopa 07/12/2016 09:50

Sur combien mon p'tit Jérémy ? 10 ou 20 ?

jeremy 19/04/2016 12:32

trop bi1 se sit , g tou copié colé pour exposé g eu 7

Raymond Kopa 07/12/2016 09:50

Sur combien mon p'tit Jérémy ? 10 ou 20 ?