Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

L’Equipe de France de Handball est-elle la meilleure équipe de sport collectif de tous les temps ?

Publié le 28 Janvier 2014 par Etienne Goursaud in Handball

Nikola Karabatic fait-il partie de la meilleure génération de tous les temps?

Nikola Karabatic fait-il partie de la meilleure génération de tous les temps?

L’Euro 2014 : Dans la peau d’un outsider

La France s’est présentée à cet Euro avec plus d’incertitudes que de certitudes. Niveau infirmerie, on déplore la blessure de Xavier Barrachet et Bertrand Gille conjugué au retour sur le fil de Thierry Omeyer, après une convalescence de 3 mois. De plus, les Bleus sortaient d’un tournoi de préparation plutôt poussif avec une défaite contre le Danemark ainsi qu’une première mi-temps catastrophique contre la Norvège. On a vu mieux comme souveraineté.

Cependant, au fil du tournoi, cette équipe s’est trouvé ces certitudes manquantes avec l’affirmation de trois néophytes : Valentin Porte, Luka Karabatic et Cyril Dumoulin. Le jeu s’est mis progressivement en place, de plus en plus abouti au fur et à mesure que les matchs s’enchainaient, pour finir, en point d’orgue, à la démonstration en finale, face aux danois (41-32). Face au pays hôte, ils ont su livrer un match abouti, auréolé d’un premier quart d’heure fantastique, ou ils menaient déjà 12-4.

 

Cet article n’a pas pour but de faire l’analyse de cet euro, mais de poser une problématique qui se soulève encore davantage grâce (ou à cause ?) de ce titre. Cette équipe-là est-elle la meilleure équipe de tous les temps et tous sports confondus ? Répondre par l’affirmative serait un peu chauvin et un peu hâtif. D’autres équipes, dans d’autres sports, ont également marqué l’histoire de leur empreinte. Attention, cet article n’a pas pour but de désigner la meilleure équipe. Il a plutôt pour vocation de laisser le lecteur se faire une opinion, avec les différents arguments qui y seront présentés.

 

4 équipes hors normes pour 4 sports différents

Si l’on se réfère à l’histoire des différents sports collectifs, on peut dégager 4 « générations » issues de 4 sports différents.

Tout d’abord le Brésil de Pelé, vainqueur de 3 des 4 coupes du monde disputées, entre 1958 et 1970. Vient ensuite les USA de Johnson et Jordan, dominateur du monde du basket à la fin des années 1980 et au début des années 1990.

On dénote également la présence des All Blacks, vainqueur de la coupe du monde 2011.

Et pour finir, évidemment, les handballeurs français, qui ont presque tout raflé depuis 2008.

Justement, le fait qu’ils aient fait cette razzia, peut soulever l’interrogation de la comparaison avec les trois autres équipes présentées.

Cependant des distinctions doivent être apportées.

Tout d’abord, concernant le football et le rugby, les coupes (championnats) du monde se déroulent tous les 4 ans, contre tous les deux ans pour le basket et le handball. On peut présumer, sans trop prendre de risques, que le Brésil aurait eu un palmarès encore plus conséquent. De plus, dans le cas du football, les championnats d’Europe se jouent également tous les 4 ans (contre la aussi deux ans pour le hand et le basket). Pire encore, que ce soit le rugby ou le football, les Jeux Olympiques sont, pour les premiers tout simplement pas au programme et pour les seconds, une obligation d’avoir un certain nombre de joueurs en dessous de 23ans, peu idéal pour présenter une équipe optimale. C’est vrai, chaque année, pour le rugby, il y a le tournoi des 6 nations pour l’hémisphère nord, et du four nations pour l’hémisphère sud. Donc, on peut constater un déficit « structurel » de palmarès. Cela n’enlève pas tous les titres de nos experts, qu’il faut de toute façon aller gagner chaque année, mais l’on voit, dans le cadre du hand ou du basket, il y a, chaque année, une compétition majeure à disputer.

Ainsi cela explique en partie  les 8 titres en 8 ans de la France en handball contre les 5 titres (3 coupes du monde et 2 copa america) pour le brésil en 12 ans.

 

L’impact médiatique

Les 4 sports présentés n’ont pas le même impact médiatique selon les pays et selon le sport. Si on s’attelait à faire une enquête dans différents pays en posant la même question « Quelle équipe est la plus forte parmi les 4 proposées ? » les résultats seraient différents. On présume qu’au Brésil, pays du foot par excellence, la réponse tendrait vers la Seleçao, aux USA, vers leur équipe de Basket etc. On voit la difficulté tant à l’évaluation avec des critères subjectifs. De plus, certains sports vont avoir la « primeur » par rapport à d’autres. Ainsi, en Franc, par exemple, le foot est le sport n°1 alors qu’au Danemark, le handball est le sport national.

Pour finir, il y a aussi un espace temporel à prendre en compte. Un exploit réalisé récemment aura (malheureusement ?) un impact beaucoup plus fort. On a tous à l’image un Zidane qui a effacé des mémoires Platini.

 

 

La question de la concurrence

En handball, si on analyse les titres, mais aussi les finalistes et demi-finalistes lors des 10 dernières années, on s’aperçoit que 5 ou 6 équipes sont régulièrement présentes à ce niveau. La concurrence y est donc relative en termes de densité. Mais attention, en termes de qualité c’est certainement le sport ou la qualité des équipes y est le plus relevé. Parmi ces 6 équipes, chacune peut battre l’autre à tout moment (à l’image du « crash » de la France à l’euro 2012). Ainsi, si on a la quasi assurance de voir la France en quart ou demi des grandes compétitions, la suite est bien souvent plus incertaine, ce qui rend encore plus remarquable ce qu’ils ont accomplis ces 6 dernières années.

Une concurrence que l’on ne retrouve pas forcement pour le Brésil, avec un mondial 1958 ou ils ont gagné leur demi-finale et leur finale 5-2, respectivement contre la France et la Suède, ou encore le mondial 1970, auréolé de victoires à chaque matchs. Peu d’équipes à leur taille durant cette période (si ce n’est les bouchers portugais en 1966 qui remportèrent leur match en appliquant une tactique simple : détruire au sens propre pelé, qui sortira sur blessure, après avoir subi un nombre incalculables d’attentats durant le match). La concurrence également faible pour la « dream team » américaine, qui balaya toutes les autres équipes durant leur « règne ».

En revanche, la concurrence est bien présente en rugby avec une configuration qui ressemble un peu au hand. Peu d’équipes « fortes » mais un niveau homogène entre celles-ci. Notons au passage que les All Blacks ont surmonté leur bête noire en finale (la France) dans un match très tendu qui aurait pu (du ?) basculer à notre avantage.

Ce paramètre est très important pour juger de la suprématie d’une équipe dans son sport, et pour faire des comparaisons avec d’autres disciplines. Une équipe aura d’autant plus de mérite de dominer, si d’autres équipent essayent, en vain, de mettre fin à cette domination.

 

Pour conclure, cet article illustre bien la difficulté de déterminer quelle équipe est la meilleure. Trop de paramètres sont à prendre en compte (contexte de la période, différence entre les sports, fréquence des compétitions).

Ce que l’on peut affirmer c’est que chacune de ses générations dorées ont marqué l’histoire de leur sport et de ce dernier en général. Toute domination à une fin et celle de la France est hors normes car c’est un des rares cas d’une équipe qui a su se remobiliser deux fois, immédiatement, après deux « échecs », chose que n’a pas pu faire le brésil (disette en coupe du monde entre 1970 et 1994, les all blacks (disette de 1987 à 2011) et les basketteurs américains (relative faiblesse au début des années 2000).

Commenter cet article