Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

Pourquoi l’équipe de France ira au moins en demi-finale

Publié le 18 Septembre 2015 par Etienne Goursaud in rugby

Thierry Dusautoir sera encore l'un des hommes de base du XV de France

Thierry Dusautoir sera encore l'un des hommes de base du XV de France

Aujourd'hui c’est le coup d’envoi de la 8e coupe du monde de Rugby en Angleterre, comme en 1999. La France joue son premier match le lendemain contre l’Italie. Le moins que l’on puisse dire c’est que les bleus abordent la compétition avec bien des incertitudes, sans avoir gagné un tournoi du Grand Chelem, une première. Pire, depuis 2011, la France a perdu plus de matchs qu’elle en a gagnés. Pas de quoi en faire un favori pour être champion du monde. Pourtant, sous-estimer cette équipe serait une grave erreur, car elle possède les armes pour aller loin. Explications

 

Une équipe de coupe du monde

 

Si la France a pu avoir des parcours plus ou moins bons dans les tournois du Grand Chelem, elle a toujours su répondre présent en coupe du monde. En effet, mis à part en 1991 et une élimination en quart de finale, les français sont toujours allés au moins en demi-finale. Une très belle régularité avec à la clé trois finales, certes perdues. Aucune équipe n’a fait aussi bien, même les All-Blacks qui en sont à deux finales, cependant gagnées.

A contrario d’autres équipes comme l’Irlande ou le Pays de Galles, l’évènement mondial semble transcender les bleus, qui ont livrés leurs meilleurs matchs lors de cette compétition. Il manque juste le titre mondial pour couronner cette belle réussite et cette grande régularité.

Un paramètre à prendre en compte, qui peut peser lourd et donner un supplément d’âme à des bleus qui se cherchent.

 

Le précédent 1999

 

Coupe du monde 1999, déjà en Angleterre (…). La France va aller jusqu’en finale, battus par les Australiens 35 à 12. On se souvient surtout de la demi-finale disputée contre les All-Blacks gagnée 43-31, avec notamment un 33-0 infligé en seconde période. C’est certainement le plus grand match disputé par l’Equipe de France dans son histoire. Ce jour-là le french flair (distinction donnée au jeu français tout en passes et d’une capacité à renverser des montagnes) était à son apogée, les français prouvant ce jour-là qu’ils pouvaient battre n’importe qui.

Ce que beaucoup de monde a oublié, c’est que cette année-là, la France est arrivée dans la compétition avec autant de doutes qu’aujourd’hui. Une dernière place au tournoi des cinq nations (à l’époque) avec une petite victoire et un sélectionneur, Jean Claude Skrela bousculé. Pour enfoncer le clou, au mois de Juin, ils concèdent la plus lourde défaite de leur histoire (à l’époque) face aux All Blacks (tiens tiens) 54-7. Un match qui scelle une série de trois défaites consécutives. A ce moment-là qui pour parier sur un tel parcours ? Pourtant à la suite d’un premier tour parfaitement négocié avec trois victoires en autant de matchs, les bleus disposent de l’Argentine en quart 47-26. La suite, tout le monde la connait…

 

Une équipe capable de se transcender au bon moment

 

Souvent laborieuse lors des tests matchs, la France à se grain particulier qu’elle sait se transcender lors des grands matchs en coupe du monde. Le match de 1999 n’est pas le seul. Le premier fait d’armes remonte à la demi-finale France-Australie en 1987, pour la première Coupe du Monde. Outsider face à une grande nation du rugby, les bleus avaient réalisés une grande performance. A égalité 22 partout, Serge Blanco trouve les ressources au bout du temps additionnel, pour aller marquer un essai, au prix d’une course légendaire sur le flanc gauche. La France se qualifia ainsi pour la première de ses trois finales (perdues).

Les All-Blacks ont payés l’addition une seconde fois, en 2007. Après un premier tour compliqué, suite à une défaite inaugurale face à l’Argentine, les bleus abordent leur quart de finale face à la Nouvelle-Zélande avec que peu de certitudes, malgré le fait que la France soit le pays organisateur. Beaucoup leur promettent la marée et pourtant ils tiennent bon et répliquent coup pour coup, avec un précieux Lionel Beauxis dans le jeu au pied et portée par un public. Ils arrachent donc leur qualification pour les demies.

Enfin, en 2011, encore un premier tour très laborieux avec deux défaites contre les Blacks et les Tonga. C’est avec une qualification obtenue à l’arrachée que les Bleus vont retrouver en quart l’Angleterre, la bête noire des bleus (deux défaites en demi-finale en 2003 et 2007). Un quinze de la rose très en verve cette année-là. Oui mais voilà, après une première mi-temps exceptionnelle, les bleus mènent 19 à 0. Ils se contenteront de résister en seconde période pour s’ouvrir les portes des demis. La suite ? Une cruelle défaites (8-7) contre les Blacks en finale.

 

Le Hic

 

Si la France est une équipe capable de gros coups, en revanche elle n’a jamais su les confirmer, sauf en 2011. Les bleus au rugby c’est un peu la Hollande du foot, trois défaites en trois finales. On retourne une nouvelle fois en 1999, les bleus viennent de réussit l’exploit contre les Blacks. Vient l’Australie en finale, réputée un peu en dessous pourtant que leurs voisins du Pacifique. Et pourtant les français vont passer à côté de leur sujet, balayés dans tous les domaines, ils subissent la loi des Wallabies et s’inclinent lourdement 35 à 12. L’étoile s’envole. C’est souvent le mal français, flamboyants à l’image du french flair, mais incapable de conclure. L’idéal en 2015 ? Un parcours en demi-teinte jusqu’à la finale où ils feront un grand match et gagneront le titre. Tout un pays attend cela.

 

 

Commenter cet article