Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

Les plus grands championnats de l'histoire

Publié le 29 Août 2015 par Etienne Goursaud in Athlétisme

Ashton Eaton a realisé l'exploit de ces championnats du monde

Ashton Eaton a realisé l'exploit de ces championnats du monde

Rideau sur les championnats du monde d'athlétisme. Une semaine riche en émotions et en performances de très haut plan. Le suspense a bien souvent été à son comble, à l'instar du duel Justin Gatlin et Usain Bolt. Plusieurs éléments tendent à montrer que cette édition fut la plus grande de l'histoire des mondiaux. Pourquoi? C'est à lire ici!

 

Des concours exceptionnels

 

De Bartolletta à la longueur féminine à Christian Taylor, en passant par le saut en hauteur féminin ou le lancer de marteau féminin, les concours ont offert bien souvent des dénouements exceptionnels. Revenons tout d'abord sur le triple saut masculin. Plus que jamais le record du monde de Jonathan Edwards est menacé. Car Taylor est retombé à 18,21 m, soit 8 petits centimètres de la marque du Britannique... Avec une planche à 12 cm qui peut lui laisser quelques (petits) regrets. C'est toutefois la deuxième performance de tous les temps. Constamment sous la menace de Pichardo, l'américain a montré qu'il savait sauter loin en toutes circonstances. Au-delà de la performance, c'est le mano à mano auquel se sont livrés les deux hommes qui aura tenu en haleine le spectateur. Chacun ayant à tour de rôle mené le concours. Le cubain déçu, 2e avec un bond à 17,73 m, est également un prétendant au record du monde avec un record à 18,08m C'est la deuxième fois après 2013 qu'il perd face à un athlète qui réalise plus de 18 mètres à son sixième essai.

On reste dans les sauts en allant cette fois ci du côté de la longueur féminine. Premier constat. Trois filles à plus de sept mètres. Incroyable. Ce n'était plus arrivé depuis 1991 et le duel Joyner-Kersee et Dreischler. Tianna Bartoletta, à l'âge de 30ans vient, avec 7,14m de revenir dans des eaux non explorées depuis vingt ans. Poussée par une adversité incroyable, puisque Proctor et Spanovic ont également battu leur records personnels, elle à su se sublimer pour aller chercher la médaille d'or. Le mano à mano fut encore plus beau ici car quatre filles ont pris la tête du concours (premier essai exepté). La Serbe Ivana Spanovic pensait assommer le concours avec ses 7,01m (NR) réalisés dès sa première tentative. Loin de se laisser faire, la Britannique Shara Proctor lui répondit d'un 7,07m (NR également). Une performance qui, dans beaucoup de circonstances, lui aurait assurée la victoire. Mais pas ici. Certainement le concours le plus plaisant à suivre de ces mondiaux.

Pour finir, la hauteur féminine a vu six athlètes en course au moment de tenter 2,01m, une très grosse barre. Il y a eu surtout la résurrection de Blanka Vlasic médaillée d'argent ! La Croate à la peine cette saison, avec un meilleur saut à 1,97m. Cependant, elle s'est totalement retrouvée lors de la finale, enchainant 1,99m et 2,01m au premier essai ! Insuffisant cependant pour rivaliser avec Maria Kuchina. La Russe ayant également passé 2,01m mais avec toutes ses barres réussies du premier coup.

 

Des performances qui sonnent comme des records du monde avec le retour au premier plan de l'athlétisme féminin.

 

Sacré retour au premier plan de l'athlétisme féminin avec des performances incroyables qui ont été réalisées. En premier lieu il faut mettre à l'honneur Anita Wlodarczyk, au lancer de marteau. La Polonaise a certes manqué de peu son record du monde, mais elle a éclaboussée le concours de sa classe. Avec 80,85m et surtout une série ébouriffante, avec quatre jets au déjà de 78 mètres, elle n'a laissé aucune chance à ses adversaires. La première femme au-delà de 80 mètres a donc dominé de la tête des épaules ce concours.

L'autre reine de ces championnats se nomme Dafne Schippers. La Hollandaise s'est approché du record d'Europe du 100m de Christine Aaron (10,73s) et prenant la seconde place sur la ligne droite en 10,81s. Seule l'explosivité de Shelly-Ann Fraseraura eu raison d'elle. En revanche sur 200m rien à faire. On a pourtant cru, durant 160 mètres, qu’Eilein Thompson allait lui souffler la victoire. Mais au prix d'un gros finish, elle s'est imposée dans un chrono ébouriffant de 21,63s, effaçant le vieux record d'Europe de la controversée Marita Koch. Seules deux femmes sont allées plus vite : Florence Griffith-Joyner (21,31s) et Marion Jones (21,62s). Deux athlètes dont les pratiques dopantes ont été prouvées. A partir de là on peut considérer Schippers comme étant la vraie détentrice du record du monde du 200m. Cela relance ainsi le débat sur la remise en cause de certains records du monde.

Les promesses de record du monde sont nombreuses, on a parlé déjà de Taylor et Pichardo. On peut rajouter également Almaz Ayana sur le 5000m qui à éclaboussé la course (et Genzebe Dibaba) de sa classe, réalisant un chrono incroyable en championnat de 14'26'83, nouveaux record des Mondiaux. Exceptionnel quand on sait qu'en général ce sont des courses plutôt tactiques, plus nerveuses que rapides. Elle semble capable de déposséder Tirunesh Dibaba de son record du monde.

 

Des dominants en Diamond League bousculés

 

Pascal Martinot-Lagarde l'avait démontré à ses dépens, dominer la saison en Diamond League ne garantit pas une victoire en grand championnat. Cette édition des championnats du monde en a encore montré l'éclatante preuve.

La plus grosse victime s'appelle Justin Gatlin. L'américain, impérial toute la saison sur 100m, enchainant nombre de courses sous les 9,80s. Il était surtout invaincu durant toute la saison. De quoi entrevoir la victoire et faire tomber la légende Bolt. Oui mais voilà, Justin Gatlin n'a pas su gérer la finale, courant techniquement très en deçà de son habitude, face à un Bolt retrouvé et désireux de prouver qu'il reste le maître. Dans le "sillage" de Gatlin ils sont plusieurs dans ce cas

Malheureusement pour les français, Renaud Lavillenie en a fait les frais. Malgré deux concours à plus de six mètres cet été, le perchiste n'a pu vaincre la malédiction (il n'est toujours pas titré en plein air lors des mondiaux). On a pourtant cru à la voie royale quand il effaça remarquablement 5,80m au premier essai. Ce fut son seul saut réussi... Incapable de franchir 5,90m, il vit Holdzeppe et Barber se disputer le titre avec l'avantage pour ce dernier. Décevant pour le recordman du monde. Une vraie alerte pour Rio ou il devra compter avec cette même concurrence.

Ezekiel Kemboï est certainement l'un des plus grands (et le plus méconnu) athlète de tous les temps. Il a encore conservé son titre sur 3000m steeple. Rien n'était pourtant acquis d'avance, tant Birech ou même l'Américain Jager avaient laissé une forte impression. Kemboï, lui, semblait avoir perdu de sa superbe, dominé à chaque sortie cette saison. Et pourtant, son accélération lors du dernier tour a cloué tous ses adversaires sur place, réalisant qu'ils ne se battaient plus que pour la seconde place. Il a su programmer son pic de forme au bon moment, contrairement à ses concurrents. Le Kenyan possède un palmarès incroyable, quadruple champion du monde, double champion olympique.

Eunice Sum sur 800m féminin, Et les hurdlers sur 400m haies, pourront témoigner...

 

Ashton Eaton qui éclabousse comme rarement un athlète éclabousse un championnat

 

C'est le seul record du monde de cette édition mais quel record du monde ! Ashton Eaton a battu son précédent record du 8 points pour le porter à 9045 points, soit 904 points de moyenne pour chaque épreuve, les connaisseurs apprécieront cette statistique. Mais c'est la façon dont il a effectué son record qui est impressionnante. Il démarre sa première journée par un 10,23s sur 100m. C'est mieux que le chrono de Christophe Lemaitre en série du 100m lors de ces mondiaux. Surtout il a conclu sa 5e épreuve, le 400m par un stratosphérique 45s00. Cette performance lui aurait ouvert les portes des demi-finales cette année s'il s'était inscrit parmi les spécialistes. Il bat son record (déjà énorme) de plus d'une demi-seconde. L'année 2014, consacrée au 400m haies, semble porter ses fruits sur le tour de piste. Il a fait preuve de courage également sur son 1500m, la dernière épreuve. Il fallait qu'il réalise 4'18 pour s'emparer du record du monde. En retard sur le chrono les deux premiers tiers de la course, il s'est arraché lors du dernier tour, finissant au sprint pour s'adjuger la marque symbolique. Son état de fatigue, presque incapable de poser pour la photo avec le panneau indiquant la performance, atteste du fait qu'il ait puisé dans ses réserves.

Au-delà de ce record du monde, il signe l'écart le plus important avec son dauphin Warner (qui réalise pourtant une performance de très haut niveau, en réalisant un nouveau record du Canada). Le décathlon est bien souvent sous médiatisé et pourtant c'est sans doute la discipline la plus dure de l'athlétisme. Réaliser un record du monde, cela implique de prendre des risques lors des concours. Dans un contexte où il faut également gagner la médaille d'or, c'était assez osé comme pari. Mais si l'on prend ses records personnels "bruts" alors il peut raisonnablement, un jour, réaliser 9150 à 9200 points lors de son décathlon.

 

Et encore?

 

D'autres performances de pointe ont illuminé ces championnats. On pense tout de suite au Sud-Africain Van Niekerk sur 400m vainqueur dans un chrono incroyable de 43,48s, dans une course qui a vu LaShawn Meritt battre son record également. Agé de 23 ans, il semble capable, à terme, de menacer (enfin) le légendaire record du monde de Michael Johnson (43,18s). Son homologue féminin, Alysson Felix, a gagné en 49,26s, pulvérisant son record personnel. Lors du relais 4x400, elle a couru en 47,7s lancé, ce qui laisse à penser qu'elle peut courir en 48,5 un jour.

Mo Farah a su conserver son titre sur 5000m et 10000m, Julius Yego qui devient le premier africain "noir" à remporter le javelot, avec une performance de 92,72m, un lancer qui n'avais plus été réalisé depuis 15 ans. Exceptionnel. Yarisley Silva à la perche a tenté en vain 5,01m. Mais avec 4,91, elle signe une performance de très haut vol.

Commenter cet article