Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

Il y a-t’ il un problème Europa League pour les clubs français ?

Publié le 12 Décembre 2014 par Etienne Goursaud in Football

Lille à perdu toutes ses illusions européenes ce soir.

Ce soir deux places fortes du football français ont rejoint le banc des éliminés. Que ce soit Lille ou Saint-Etienne, aucune de ces deux équipes n’a réussi à remporter son match décisif. Pire encore, aucune n’a remporté le moindre match soit 0 victoire en 12 matchs cumulés. A l’image de leur dernier match perdu 0-3 contre Wolfsburg et 1-0 contre le  Dnipro Dnipropetrovsk, ils n’ont jamais paru totalement concernés par l’enjeu que représente une compétition continentale. Heureusement que Guingamp, petit poucet français de la compétition, vient pour éviter un zéro pointé, ce qui aurait été une première historique depuis la création de l’Europa League.

Cela pose la question de l’implication des clubs français, souvent éliminés prématurément, et rarement par des grosses écuries.

 

Championnat/Coupe d’Europe : un difficile compromis à trouver

Vous me direz que toutes les équipes jouent dans leur championnat. Oui mais, la France est un championnat à 20 clubs, soit 38 matchs de championnats par saison. A titre de comparaison, le championnat du Portugal, fournisseurs de clubs vainqueurs, ne compte que 18 clubs, soit 4 matchs en moins au total, la Russie ne compte que 16 clubs. Une différence de matchs, et donc de rythme qui peut expliquer un certain manque de fraicheur au moment d’aborder les matches en plein milieu de semaine.

De plus, la France est un championnat parmi les plus serrés en Europe, ainsi, chaque match à son importance et il faut en négliger aucun.

Par ailleurs on assiste à un certain paradoxe, en effet, une certaine somme d’argent est attribuée en fonction du classement final, qui est supérieure à un parcours honorable en Europa League. Ainsi pour se qualifier en coupe d’Europe, un club aura tendance à négliger celle-ci. En France, 8 ou 9 clubs peuvent prétendre à une accession en coupe d’Europe et la lutte pour le maintien est tout aussi rude, ainsi un club finissant 5ème une année, peut à l’image de Nice, finir que 15ème.

On a entendu bon nombre d’entraineurs expliquer que c’est le championnat qui est le plus important, et que la coupe d’Europe n’est qu’un bonus. Au passage, Marseille, dernier finaliste en 2004 de la Coupe de l’UEFA (ancienne Europa League) était largué en championnat cette année-là.

Pendant ce temps-là au Portugal on voit souvent les 4 mêmes équipes sur le devant de la scène (Porto-Benfica-Braga-Sporting). Le souci de lutte de championnat est donc plus minoritaire, d’autant plus que les 3 premiers accèdent à la Ligue des Champions.

 

Guingamp illustre le fait qu'on peut s'en sortir avec du coeur et peu de moyens.

La question de manque de moyens : à évacuer

Certains arguments sont défendable mais pas celui-là. Encore là, le seul qualifié français est celui qui a le plus petit budget. De plus un club comme Marseille ou Bordeaux, fait rarement un meilleur parcours qu’un club plus « banal ». Lyon, pourtant actuel 3ème du championnat de France, n’a même pas réussi à se sortir des barrages.

Un constat balayé de par le parcours des clubs de l’est Europe, malgré des budgets bien plus limités, arrivent à tirer les marrons du feu. On peut alors invoquer une envie supérieure qui peut peser quand il s’agit de jouer des matchs couperets. Sans doute qu’il y a une négligence, chez les français quand il s’agit de match européen. D’ailleurs plus globalement en Europe, à part Chelsea en 2012, aucun club phare d’Europe ne s’impose dans cette compétition, on se souvient de la déroute du Bayern Munich en demi-finale il y a quelques années, face au Zenith, ou encore des échecs du Milan AC, Inter Milan ou encore la Juventus l’an passé. Une défaillance qui n'a donc pas pour raison principale un problème financier.

 

Un problème qui va bien au-delà de l’Europa League

Si Paris arrive depuis 2 saisons à accéder en quart de finale de League des Champions, le niveau des clubs français est assez médiocre. Cette année c’est la premiere fois depuis 5 ans que deux clubs français arrivent à se qualifier en 8ème de finale. Un niveau faible car, en 22 ans, seul Monaco et Marseille sont arrivés en finale, ces derniers étant les seuls vainqueurs. Plus récemment, seul Lyon est parvenu à accrocher une demi-finale. Le constat est donc assez sec. Les clubs français sont que peu armés pour rivaliser à l’échelon européen, quel que soit la compétition, d’ailleurs, aucun club français n’a encore triomphé en Europa League (ou coupe de l’UEFA) malgré les essais de Bastia, Saint-Etienne, Marseille ou encore Bordeaux.

La France de cesse de glisser au classement UEFA, jadis 4ème elle s’est fait passer par le Portugal il y a quelques années et est désormais menacé (et même une fois dépassé) par la Russie. Ce sont autant de places qualificatives qui sont remises en cause. Un cercle vicieux qui peut donc s’installer car moins de clubs qualifiés, automatiquement, potentiellement moins de clubs qui sont capables de faire un bon parcours et de rapporter des points à la France.

 

Commenter cet article