Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chronique-sportives

Esprit critique et liberté d'expression sont de mise.

Le Tour de France 2014 : Analyse d'avant course

Publié le 4 Juillet 2014 par Etienne Goursaud in Cyclisme

L'an dernier le britannique avait écrasé l'espagnol. Cette année le niveau semble s'être considérablement réduit

L'an dernier le britannique avait écrasé l'espagnol. Cette année le niveau semble s'être considérablement réduit

Duel Froome-Contador :

L’année dernière le duel tant espéré n’avait pas eu lieu, tant le britannique a survolé les débats. Pire encore pour l’espagnol, il fut incapable de finir sur le podium, sa 4ème place venant conclure une 3ème semaine très compliquée pour lui. Contador n’a jamais été en mesure de contester la domination de Froome, à l’image de la première étape de montagne, ou il perdit près de 2minutes. L’anglais ayant par ailleurs totalement écrasée la 100ème édition, reléguant son dauphin, Quintana, à plus de 4minutes.

Mais parlons de cette année, car la donne semble avoir un peu changée. Contador réalise sans doute le meilleur début de saison de sa carrière. Vainqueur de Tirreno-Adriatico, 2ème sur le tour de Catalogne (en y dominant l’anglais) puis vainqueur du Tour du Pays Basque, il montre son retour au plus haut niveau, notamment quand la route s’élève.

Du côté de Froome, il frappa un grand coup d’entrée au tour d’Oman, en y imposant sa force. Cependant, gêné par des problèmes de dos, son début de printemps fut plutôt discret. Il finit seulement 6ème du tour de catalogne. Cependant, début mai, il rassure tout le monde en remportant le tour de Romandie, en battant tous les grimpeurs, mais surtout en allant dominer le triple champion du monde du contre la montre, Tony Martin, sur son propre terrain. On pense alors l’Anglais totalement relancé. Oui mais…

Le Dauphiné : Le premier grand duel qui tourne en faveur de l’Espagnol

Non, Alberto Contador n’a pas gagné le Dauphiné Libéré. Mais la façon dont l’espagnol a géré sa course, nous prouve qu’il est redevenu le grand coureur qui a écrasé les courses à étapes.

Faisant jeu égal avec Froome sur le premier contre la montre, mais aussi lors de la première arrivée au sommet, Contador s’est rassuré et à définitivement reconquis les sceptiques tant à sa capacité à revenir au plus haut niveau. Il a réussi à suivre les multiples attaques du britannique. Cela lui a permis de sceller sa confiance retrouvée. Mieux encore, il réussit à le lâcher lors des deux dernières étapes de montagne, lui infligeant même une petite correction lors du dernier jour, en lui prenant 5minutes. Si l’espagnol n’a pas gagné cette course c’est la faute d’une équipe alignée très faible, chose qui sera bien différente lors du tour.

Justement, pour ce qui est des équipes, malgré le retrait de Kreuziger, pour un passeport biologique « anormal », on peut dire que la Sky et la Saxo se valent sur tous les terrains. Contador aura la chance d’être épaulé en montagne par Rogers, Roche ou encore Majka, tandis que Froome pourra compter sur Porte, Nieve ou encore Lopez Garcia (et ce, malgré la non sélection de Bradley Wiggins).

 

Mon Avis : Froome est dans l’inconnu, mais je pense que l’Anglais a caché son jeu lors du Dauphiné, les routes du tour devrait mettre en lumière encore une fois sa domination mais, cette fois ci, avec des écarts bien plus resserrés que l’an dernier. Il est même possible que le maillot change lors de l’ultime contre la montre, ou, malgré les nets progrès de l’espagnols ces derniers temps, le britannique devrait lui reprendre entre 1’ et 1’30.

 

Pour le reste du classement général

Si, sauf incident ou défaillance majeure, les deux premières places vont se jouer entre les deux cités plus haut, le top 10 et le podium, pourrait être le théâtre d’une jolie course. Alejandro Valverde a affiché ses ambitions : Il veut gagner le tour. Si cela risque d’être un peu difficile pour lui, il peut logiquement prétendre à un podium… si il ne lui arrive pas de problèmes, comme souvent, lors d’étapes de transition (on se souvient qu’il perdit toute chance de podium sur une bordure l’année dernière). Son équipier Quintana ayant déserté le tour cette année pour se consacrer au Giro (avec succes) puis à la Vuelta. L’espagnol sera donc le seul leader de son équipe. Cependant il ne sera pas le seul à prétendre au podium.

-Vincenzo Nibali est certainement le coureur le mieux armé pour aller chercher le podium. Il a déjà deux grands tours (Vuelta 2010 et Giro 2013) à son palmarès. Il a déjà fini sur un poidum en 2012, en étant le seul (avec Thibault Pinot) à oser attaquer l’armada Sky. L’année dernière encore, il aurait figuré sur la liste des grandissimes favoris pour remporter la grande boucle, mais c’est sans compter sur le retour triomphal de Contador conjugué à sa méforme récurrente en 2014. En effet, il a traversé le début de saison comme un fantôme, incapable de réellement peser sur les courses auxquelles il a participé. Son léger regain de forme au Dauphiné (7ème) peut laisser augurer le meilleur pour le mois de Juillet, cependant, il a tout à prouver dans une équipe ou son leadership risque d’être remis en cause par l’émergence de Fabio Aru, 3ème du dernier tour d’Italie. Il devrait, néanmoins, s’appuyer sur une équipe solide.

-Bauke Mollema semble solide, lui qui a terminé 5ème l’an dernier. Il devra cependant mieux gérer sa dernière semaine, c’est ce qui lui a couté le podium, lui qui était encore 2ème au soir de l’étape du mont Ventoux. Il réalise un début de saison discret, sans grand coup d’éclat.

-Joaquim Rodriguez est un peu dans l’inconnu. Lui qui a chuté lors du Giro, qui était alors son objectif principal, n’a pas recouru depuis. Il a récemment déclaré que le classement général n’était pas son objectif et qu’il venait pour gagner des étapes, mais que peut-on réellement attendre d’un coureur qui a fait, au pire, 4ème des 4 derniers grands tours auxquels il a participé.

-Tejay Van Garderen n’a pas confirmé les espoirs placés en lui quand, en 2012, il finit 5ème du tour, tout en étant équipier de Cadel Evans. Fantomatique l’année dernière, sans qu’il puisse l’expliquer, l’américain à cœur de se rattraper cette année, pour prouver qu’il est bel et bien un futur grand coureur par étapes. Des outsiders cités, c’est indéniablement le meilleur dans l’exercice du contre la montre, chose qui aura son importance lors de l’avant dernière étape.

-Jurgen Van Den Broeck a montré sur le Dauphiné qu’il sera là pour jouer les premiers rôles. Avec lui c’est tout ou rien, 4ème en 2010 et 2012, mais abandon sur chute en 2011 et 2013. S’il laisse la malchance de côté il pourra se mêler à la bagarre pour le podium. Mais il devra oser un peu plus qu’il ne le fait habituellement et prendre des risques.

-Andrew Talansky sort d’un Dauphiné qu’il a remporté. Bien qu’il fût inférieur à Contador, il a su faire preuve de malice et partir de loin lors de la dernière étape. Un coup qu’il sera bien plus difficile à faire sur le tour, la présence de deux grosses cylindrés devraient annihiler les velléités.  

 

Côté français, le mieux armé semble être Romain Bardet. Le jeune coureur avait fini 16ème l’an dernier pour son premier grand tour. Il a été solide dans le Dauphiné, il semble meilleur que Thibault Pinot, en délicatesse avec sa santé. Et pourtant, on sait que si ce dernier retrouve toute sa confiance et tous ses moyens physiques, il peut réaliser de très grandes performances. Pierre Rolland sort d’un brillant Giro (4ème). Mais, on le sait, depuis une vingtaine d’années (depuis que l’EPO est détectable), il est très difficile d’enchainer ces deux courses. Cela devrait donc pénaliser le coureur d’Europcar qui devrait plutôt viser les victoires d’étapes et/ou le maillot à pois.

 

 

On se risque à tenter un Top 10

Coureur

Place

Chris Froome

1er

Alberto Contador

2nd

Vincenzo Nibali

3ème

Alejandro Valverde

4ème

Bauke Mollema

5ème

Andrew Talansky

6ème

Tejay Van Garderen

7ème

Joaquim Rodriguez

8ème

Romain Bardet

9ème

Richie Porte

10ème

 

 

 

Maillot à pois

Comme chaque année, et la retraite de Virenque et les « soucis » de Rasmussen, pronostiquer un vainqueur est chose impossible tant cela est ouvert. En effet, ce classement peut être remporté par un baroudeur non spécialiste de la haute montagne, comme Charteau en 2010, mais il peut être remporté par un coureur qui ambitionne le classement général, comme Samuel Sanchez en 2011 et surtout Nairo Quintana l’an dernier. Le colombien, qui sera absent cette année, a fini meilleur grimpeur sans vraiment chercher à l’être, c’est la preuve, non pas du peu d’intérêt que les coureurs portent à ce maillot, mais qu’il se gagne au fur et à mesure que la course se déroule.

Des coureurs peuvent prétendre à la gagner. Deux noms semblent se dégager : Pierre Rolland et Joaquim Rodriguez. Le premier, comme on l’a dit, sort d’un brillant Giro mais qui risque de lui peser dans les jambes pour le général, il risque de se concentrer plutôt sur des coups d’éclat en montagne. Idem pour le catalan en manque de rythme.

On surveillera de près d’autres coureurs à l’image de Thomas Voeckler, Rui Costa.

Une victoire d’un coureur visant le classement général n’est cependant pas à exclure. Le parcours assez montagneux de cette édition conjugué aux nombreuses arrivées aux sommets (ou les points, rappelons-le, sont doublés) pourraient favoriser cette hypothèse.

 

 

 

Maillot vert

Peter Sagan est le double tenant du titre. Il a réussi à conserver son maillot vert l’an dernier devenant le premier coureur depuis Erik Zabel (qui en gagnât 6 de rang) à réaliser cet exploit. Le slovaque, qui n’est pas forcément le plus pur sprinteur du peloton, qui, avec la présence de Kittel et Cavendish s’est trouvé deux grands finisseurs, a un mérite, celui d’être capable de rester dans le peloton dans les étapes plus difficiles. Cela lui permet de disputer des sprints, à l’image de celui qu’il a gagné l’année dernière dans l’étape d’Albi. Cela lui permet d’empocher 45 points là ou tous les sprinteurs lâchés n’en glanent pas. C’est aussi là que se joue le classement par points (qui n’est donc pas forcement réservé aux meilleurs sprinteurs).

Au vu des étapes pièges de cette année, Sagan semble en position pour remporter un 3ème maillot consécutif. Les étapes comme celle de Leeds pourraient être à son avantage. Cependant, il réalise un début de saison 2014 moins convainquant que par le passé. Son début de tour sera à surveiller de très près.

Concernant les victoires d’étapes, il semble de Kittel ait pris l’ascendant psychologique sur Cavendish l’année dernière. L’anglais, qu’on pensait encore imbattable à la régulière, a été pris en défaut 2 fois par l’Allemand, ce dernier ayant mis fin à 4 an d’hégémonie du Cav’ aux champs Elysées, ce dernier ne remportant « que » deux victoires d’étapes dont une au fruit d’une bordure bien menée par son équipe. Cependant, aucun des deux ne semble assez régulier sur tous les terrains pour contester le maillot vert à Sagan. Ce n’est pas un hasard si Cavendish, malgré sa vingtaine de victoire d’étapes, n’a remporté qu’une fois le classement par points.

 

Maillot blanc

L’année dernière Quintana avait remporté, haut la main, ce classement réservé au moins de 25ans. Cette année, il sera plus difficile pour un prétendant au maillot blanc d’accéder au podium.

En temps normal, Michal Kwiatkowski aurait été désigné comme étant le favori logique. Cependant, depuis Tirreno-Adriatico il est totalement transparent. Il est apparu sur le Dauphiné comme un coureur banal, subissant dès que la route s’élève.

Le maillot blanc pourrait être français cette année. En effet, Romain Bardet semble le mieux armé pour gagner ce classement (et être le seul français à intégrer le top 10).

 

Commenter cet article